Je suis là

J’ai écrit ce texte à la demande d’un ami, qui voulait montrer son soutien à une belle jeune femme. Ce texte est donc pour toi, Coralie, mais aussi pour toutes les femmes qui traversent cette épreuve.

Il y a quelques jours, tu m’as appelé pour m’annoncer une nouvelle qui te bouleversait : tu venais d’apprendre que tu avais un cancer du sein. Je suis d’abord resté sans voix tellement c’était impensable. Bien sûr, je savais que c’était de plus en plus courant, que c’était presque banal, mais je ne voulais pas le voir si près de moi. Et surtout pas chez toi qui était si dynamique, si pleine de vie et d’enthousiasme.

Maladroitement, je t’ai répondu que tu étais forte, que tu t’en sortirais facilement, que maintenant la médecine savait bien traiter ce type de cancer. Tu as rebondi en clamant haut et fort que ça irait, que c’était juste un mauvais moment à passer et que tu en avais vu d’autres. Lâchement mais soulagé, j’ai vite enchaîné sur d’autres sujets, sur ton dernier voyage qui te tenait tant à cœur.

Quelques jours se sont écoulés. Je n’ai pas osé t’écrire, et encore moins appeler. Ce n’est pas par indifférence. Au contraire, cette nouvelle m’a bouleversé. J’ai lu beaucoup d’articles et de témoignages de malades afin d’imaginer ce que tu allais traverser et comment je pouvais t’aider dans cette épreuve.

Mais je n’avais pas les mots, on ne m’a jamais appris à réconforter un ami. Et encore moins une femme qui est touchée dans sa féminité. Je crois que j’ai aussi peur que toi, je veux pourtant être à tes côtés pour t’accompagner. Je serai sans doute maladroit, parfois silencieux mais je suis là. Tu peux m’appeler à tout moment du jour ou de la nuit, je serai là pour t’écouter rire ou pleurer, me parler de ton désespoir ou de tes rêves d’avenir, de ton sentiment de solitude parfois, de tes douleurs lors des traitements, de tes petits bonheurs quotidiens parce qu’il y en aura quand même.

Alors voilà ma belle, saches que tu as le droit d’être forte et fragile à la fois, battante et fatiguée parce que c’est trop lourd à porter, heureuse d’être en vie et triste de voir certaines personnes s’éloigner de toi, reconnaissante pour la bienveillance du personnel soignant et révoltée parce que ça te semble si injuste de vivre cette épreuve. Mais quoique tu ressentes, tu es en vie et pleinement humaine. Pleinement femme aussi.

Et nous t’aimons pour cela. Nous sommes avec toi dans ce combat.

Tenez-vous au courant des nouvelles publications !
Nous prenons soin de vos données personnelles ;o)

Partagez si vous aimez ;o)
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  
  •  
  •  
    1
    Partage
  •  
    29
    Partages
  • 28
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  
  •  

Laissez un commentaire !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.