En attendant Noël…

Ce texte, au style différent des autres précédemment publiés, a été écrit dans le cadre d’un beau projet de calendrier de l’Avent où chaque participant proposait un cadeau aux 23 autres participants.

Dans quelques jours ce sera Noël. Assise dans son vieux fauteuil en cuir patiné par les années, elle boit sa tisane par petites gorgées, le regard plongé dans le feu qui crépite dans la cheminée. Elle aime se laisser hypnotiser par ces flammes qui dansent librement, sans se soucier de ce qu’on pense d’elles. Son esprit vagabonde, laissant ainsi remonter les souvenirs anciens et plus récents.

Elle se rappelle ses Noël d’enfant qu’elle passait chez sa grand-mère adorée. Des Noël simples mais heureux, authentiques, où chacun avait plaisir à être là, à partager cet instant de grâce où les querelles n’existaient plus, où les enfants exprimaient spontanément leurs joies devant les cadeaux tant attendus, des étoiles plein les yeux devant leurs rêves exaucés.

C’est en grandissant qu’elle avait perdu le goût de Noël. Etait-ce parce que sa grand-mère n’était plus parmi eux ? Etait-ce parce qu’elle ne retrouvait plus cette bienveillance qu’elle savait instiller dans chaque regard ou parole ? Peut-être s’était-elle sentie abandonnée, au moment où elle en avait le plus besoin, où elle aurait voulu se confier à elle quand elle entrait dans le monde adulte. Chaque Noël lui rappelait ces souvenirs heureux de son enfance et cette absence qui n’avait jamais vraiment guéri.

Puis à son tour elle était devenue mère : trois beaux enfants qui l’avaient comblée de joie. Les Noël avec eux étaient bien différents de son enfance : plus de gens autour de la table, plus de plats coûteux, plus de cadeaux. Plus qu’il n’en faut à vrai dire. Plus de superficialité aussi, lui semblait-il. Les enfants passaient d’un cadeau à un autre comme on zappe de chaine de télé, sans vraiment les apprécier. Des cadeaux vite oubliés quelques jours plus tard. Les adultes discutaient de choses et d’autres pour occuper le temps, sans vraiment être dans l’écoute et la présence.

Etait-ce son regard d’enfant qui était trop naïf à l’époque ou bien la magie de Noël qui avait disparu ? Ses derniers Noël ressemblaient plus à une corvée familiale qu’à un moment de partage heureux et spontané. Elle souffrait de n’avoir jamais pu offrir à ses enfants l’ambiance qu’elle avait connue enfant.

Aujourd’hui, ils étaient adolescents, tout juste aux portes de leur vie d’adulte. Noël ne les enthousiasmait pas plus que ça. Comment leur en vouloir ? Elle n’avait pas su dire non à tous leurs désirs d’enfant, ils étaient devenus blasés. Leur père qu’elle avait quitté quelques années auparavant n’avait de son côté jamais osé s’imposer face à ses parents, les obligeant tous les cinq à passer chaque veillée de Noël chez eux, alors qu’elle rêvait d’être seuls tous les cinq, pour partager ce moment si spécial de l’attente, ce moment intime où chacun aurait pu exprimer ses rêves, ses aspirations profondes, comme elle le faisait lorsqu’elle était enfant.

Cette année, elle avait ses trois enfants pour la veillée de Noël. Elle savait qu’elle ne pouvait pas revenir sur le passé. Le temps était venu pour elle de pardonner : pardonner à son ex-mari de n’avoir jamais réalisé son désir de veillée à cinq, se pardonner aussi de ne pas avoir su transmettre la simplicité et l’authenticité de Noël à ses enfants.

Elle y avait réfléchi depuis des mois. Elle voulait à son tour transmettre l’amour et la bienveillance que sa grand-mère lui avait montrés. Elle désirait leur laisser un souvenir marquant et empli d’authenticité, un de ces souvenirs qu’on ne balaie pas en passant à autre chose. Une expérience qui les sortirait de leur zone de confort si capricieuse et superficielle.

Quelques jours plus tôt, elle avait appelé le foyer des sans-abris de sa ville, qui recherchait des bénévoles pour organiser la veillée de Noël de cette année. Elle avait annoncé la venue de quatre nouveaux volontaires.

Elle se souvient encore du sourire lumineux qui éclaira son visage en raccrochant. Et de cette paix profonde qui s’installa en elle pour ne plus la quitter.

Quel que soit votre ressenti à la lecture de ce texte, je vous invite à donner votre avis  dans les commentaires . Et bien sûr à partager ce texte sur vos réseaux sociaux ;o)

Crédit photo : Annie Spratt
Tenez-vous au courant des nouvelles publications !
Nous prenons soin de vos données personnelles ;o)
Partagez si vous aimez ;o)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    6
    Partages
  • 6
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

1 commentaire

  1. C’est ça la magie de Noël, c’est vivre et partage, aujourd’hui c’est devenu, hélas! Un poids qui pèse tant ; d’une part sur les dépenses pour organiser au mieux les festivités ainsi que l’art de la table et d’autre part faire plaisir et offrir le cadeau qui déçoit le moins. Le réel esprit de noël est entrain de se perdre pour laisser place au superficiel, aux apparences et à qui organise au mieux le repas et éblouir les convives. C’est le parcours du combattant !

Laissez un commentaire !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.